The Prince Arthur Herald

La Belgique est divisée en deux ces jours-ci. Cela n’a rien à voir avec la frontière linguistique, mais cela est lié aux négociations pour la formation du gouvernement. On a, d’un côté, les partis politiques (présents à la table des négociations) qui se réjouissent de l’accord mis sur pieds. De l’autre côté, on a les syndicats qui appellent à une grève générale car, selon eux, cet accord n’est pas «un bon accord».

Pour qu’un pays fonctionne, il lui faut un gouvernement. Pourtant, la Belgique continue de vivre sans gouvernement depuis 523 jours. À l’origine de cela, un problème linguistique et communautaire.

Silvio Berlusconi, président du conseil en Italie, rendra sa démission d’ici la fin du mois après l’adoption par le Parlement des mesures d’austérité promises à l’Union européenne. La fin d’un règne très controversé

La Grèce est en plein déficit budgétaire. Sa dette est immense et selon le FMI, le pays ne sera pas viable financièrement avant 2020. Pourtant, la Grèce s’offre le luxe d’hésiter quand l’Europe lui propose son aide.