thibaudd / Blogueur passionné, je parle tech, smartphone, Apple, iPhone, iOS, etc.

Test du Canon 5D Mark 4, la relève est-elle assurée ?

Canon 5D Mark IV test du boitier thibaudd

Après le gros succès du Canon EOS 5D Mark 3, Canon a annoncé son successeur le 5D Mark 4. Mais succéder à la version 3 ne sera pas chose aisée car ce boitier offrait et offre encore beaucoup d’avantages.

Le Canon EOS 5D Mark IV est donc un appareil plein format de avec un capteur CMOS de 30,4 mégapixels. Sorti en septembre 2016, il vient remplacer son prédécesseur, le Canon 5D Mark III.

J’ai eu la chance de pouvoir tester ce boitier et découvrons ça ensemble.

Prise en main et ergonomie

Dès la première en main une chose est flagrante : la prise en main est « habituelle ». On retrouve une prise en main familière et similaire à la prise en main qu’on peut avoir sur la première mouture du Canon EOS 5D Classic. Le boitier n’a que très peu changer, il suffit de voir comparer le Mark 1 et le Mark 4. On retrouve les même nombre de bouton, si ce n’est un bouton programmable juste à côté du déclencheur.

En dehors de quelques évolutions, Canon offre un boitier « classique » qui réconfortera les plus fervents Canonistes car il est identique à son prédécesseur, le Mark 3. Les finitions du boitier sont solides et le boitier inspire la qualité et la solidité.

Sur le dessus du boitier, on retrouve la molette pour sélectionner les différents mode de prises de vue. La molette se bloque et pour changer de mode, il faut enfoncer le bouton et déverrouiller cette dernière. Juste en dessous de cette molette, on retrouve le bouton « ON/OFF ».

De l’autre côté du viseur, on retrouve l’écran qui affiche différentes informations. Juste au-dessus de ce bouton, on retrouve 5 boutons :

  • Balance des blancs et Mode de mesure
  • Mode de mise au point et Mode d’acquisition
  • ISO et Exposition
  • rétro-éclairage de l’écran

Au dessus de ces boutons, on retrouve une molette qui permet de naviguer dans les menus, un bouton programmable et le déclencheur. Les habitués retrouveront très vite leurs marques avec ce boitier. Une seule différence permet de différencier un Mark 4 d’un Mark 3 : le sigle. Le sigle Mark IV se trouve directement sous le 5D. Auparavant, il se situait en bas du boitier.

Ce changement est dû au fait que la prise de télécommande se situe à l’ancienne place du sigle car le côté de l’appareil est assez chargé. On y retrouve différentes connectiques comme l’HDMI, l’USB, la prise micro, etc.

Si le Canon 5D Mark 3 bénéficiait déjà d’une excellente prise en main, le Canon 5D Mark 4 continue sur cette lancée avec une prise en main similaire. Le grip offre une très bonne préhension et une excellente tenue en main (même à une main).

Pour ce boitier, Canon adopte une alliage de magnésium qui permet de maintenir un poids de 800 grammes (boitier nu) en renforçant le boitier. Les mensurations du boitier sont légèrement inférieures que son prédecesseur (150,7 × 116,4 × 75,9 mm).

Design et finition

En termes de finition, Canon place la barre haute et reprend ce qui a été fait pour le 7D Mark 2. Le boitier est donc renforcé et tropicalisé, il ne craint pas les intempéries. Pour le reste, on est en terrain connu car c’est une évolution qui reprend beaucoup de choses existante.

L’écran est une dalle LCD tactile de 3,2 pouces (environ 8,1 cm) avec 1.620.000 points. Le verre protecteur est renforcé. Il a aussi subit un traitement anti-reflet et anti-traces pour un meilleur affichage en plein jour. On peut régler la luminosité manuellement (7 niveaux disponibles) et la teinte des couleurs (4 réglages possibles).

Le viseur pentaprisme est de très bonne qualité, proche de celui du 1Dx Mark II. Il couvre 100% de l’image (Canon ne prend pas de risque en renseignant « environ 100% » sur son site). On peut, comme à l’habitude, corriger sa dioptries au besoin. En termes d’information, on peut faire ce que bon nous semble avec ce viseur. On peut décider d’afficher un minimum d’information ou a contrario d’en afficher une tonne. On peut réellement adapter son viseur à ses besoins.

Fonctionnalités du CANON

Le Canon 5D Mark IV intègre un tout nouveau capteur CMOS 24×36 de 30,4 Mpx avec un filtre passe-bas. Ce capteur dispose de la technologie Dual Pixel que l’on trouve déjà sur le 7D Mark II et le 80D. Cette technologie permet de réaliser une mise au point par corrélation de phase sur le capteur principal.

Mais ici Canon parle de Dual Pixel RAW qui offre encore plus de possibilités de correction *(ajustement de netteté, décenter Bokeh, atténuer images fantômes, etc.). Le capteur offre une plage ISO de 100 à 32 000 ISO extensible de 50 à 102 400 ISO. Le mode rafale du Mark IV monte à 7 ips. Pour stocker les images, vous avez deux slots disponibles. Vous pourrez comme ça utiliser une carte Compact Flash et une carte micro-SD avec différentes options de stockages comme le RAW + jpeg (avec les RAW sur la CF et les jpeg sur la micro-SD).

Canon suit les tendances du moment en intégrant un puce GPS et une puce WiFi/NFC dans son boitier. Cette dernière permet de transférer, via l’application Canon Camera Connect, ses clichés sur son smartphone pour les partager directement sur vos réseaux sociaux préférés. Pour la connectique, on retrouve tout ce dont on a besoin : une sortie HDMI Mini (type C, compatible HDMI-CEC), une sortie microphone externe en entrée / Line In (mini-prise stéréo), une prise casque (mini-prise stéréo), terminal de type N3 (récepteur de télécommande).

L’autre nouveauté se situe au niveau de la vidéo. Fini la définition Full HD, le Canon 5D Mark IV filme en 4K (30 images par secondes max). Pour les autres résolutions, on monte à 60 images par seconde en 1080p et 120 images par seconde en 720p.

Performances

Ainsi, il intègre un tout nouveau capteur CMOS 24×36 de 30,4 Mpx qui intègre donc la technologie Dual Pixel Raw pour offrir une qualité d’image supérieur à ses prédécesseurs. Pour le module autofocus, le Mark IV hérite de celui du 1DX Mark II mais en plus sensible. Effectivement, le collimateur centrale est plus sensible (fonctionnel jusque -3 IL). Sur le terrrain, c’est un régal à utiliser. La mise au point se fait très rapidement, tout comme le suivi AF qui est très réactif.

  • Le 5D Mark IV embarque une batterie LP-E6 et la marque annonce une autonomie d’environ 900 vues. Je n’ai pas réussi à atteindre les 900 vues par recharge durant le test. En moyenne, j’ai pu prendre entre 830 et 850 photos avec une seule charge. Cela reste plutôt correcte par rapport à ce qui est annoncé (surtout que c’est un test et que l’on « joue » beaucoup plus avec le boitier dans de telles conditions).

Qualité d’image

Il ne s’agit pas d’un test scientifique réalisé en laboratoire mais d’un test de terrain mais il a été difficile de trouver des défauts aux images qui sortent du capteur du 5D Mark IV tant la qualité est au rendez-vous.

Les images brutes sont bien contrastées. Néanmoins, j’ai constaté un légère surexposition dans certains cas.

La montée en ISO est toujours un point sensible sur nos boitiers car très vite le grain apparait rapidement. La plage ISO de ce boitier s’étend de 50 à 102 400 ISO.

Avec le 5D Mark IV, les images restent très correcte jusque 3200 ISO et correctes jusque 5000 ISO. Au dessus de ces valeurs, le grain apparait fortement et je trouve que les photos perdent fortement en qualité. Après, avec un objectif lumineux et 5000 ISO, on peut déjà s’en sortir dans beaucoup de circonstance.

A qui se destine ce Canon 5D Mark IV ? Au vu de sa fiche technique et de son prix, ce boitier est destiné aux professionnels. C’est une belle évolution (assez onéreuse malgré tout) par rapport au boitier précédent, on sent que Canon a écouté ses utilisateurs.

On se retrouve au final face à un très bon boitier mais je me demande si c’est réellement suffisant pour contrer la montée en puissance des boitiers hybrides ? *Moi même, je compte migrer chez Olympus *(ou Fuji ou Sony ou … bref, je n’ai pas encore décidé mais …).

  • Bonjour Thibaudd.
    Je suis l’heureux propriétaire d’un 5D MKII depuis de longues années, j’en suis vraiment content. Faut dire que la bête en a sous la capot, mais là je dois reconnaitre que l’apparition du mode vidéo 4K est un vrai plus, surtout sachant que le full HD du 5D MKII était déjà très bon !

    J’ai hâte de pouvoir tester ce MK IV, en espérant que je ne craque pas ^^