Harmonica et feu de camp à Tadoussac

Pour ce quatrième épisode du podcast audio, on va faire un petit saut dans le passé et on va retourner à Tadoussac, mais cette fois-ci, on ne parlera pas de baleines…

Tadoussac constitue un bastion de l’histoire de la colonisation de la Nouvelle-France. En 1535, en remontant le fleuve Saint-Laurent, Jacques Cartier est saisi par sa beauté et y jette l’ancre pour visiter les lieux. Le village de Tadoussac est reconnu comme le plus vieux du Québec, il a célébré son 400e anniversaire en 2001. Situé sur une île de 53km, il y a 850 habitants qui y vivent. Et au milieu de tout ça, il y a une auberge de jeunesse.

Après avoir fait 500 km en voiture à travers des paysages magnifiques, on a posé nos valises à l’auberge de jeunesse de Tadoussac. Grâce aux guides du routard, on a trouvé un petit restaurant (que je vous conseille) où, pour la modique somme de 18$, on a eu un buffet à volonté. Pour clôturer la soirée en beauté, rien de tel qu’une petite « blonde » pour digérer. On a eu de la chance, car, en plus du temps splendide que l’on a eu, c’était la fête des bateliers. Et ce soir là, à l’auberge, c’était l’ambiance: concert et feu de camp au programme.

Le rendez-vous des baleines et des touristes

// ]]>

La rivière Saguenay se jette dans le fleuve Saint-Laurent et y apporte de l’eau douce froide. Or, à cet endroit, du fait que le fleuve contient de l’eau salée et qu’il soit beaucoup plus profond, on assiste à la construction de turbulences idéales où pullulent une faune et une flore uniques. C’est la raison pour laquelle les baleines s’y donnent rendez-vous. On y retrouve les plus gros cétacés, entre autres le rorqual commun et, parfois, la baleine bleue. Le fond marin autour de Tadoussac est devenu le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent. Ce phénomène fait que Tadoussac accueille des centaines de milliers de touristes chaque été

[AFG_gallery id=’5′]